• et Si On s’abonnait ?

  • Avec les phyto-œstrogènes, il n’y a plus de gêne

    fruit and vegetable numero 5

    Plutôt que de recourir à un traitement hormonal substitutif pour limiter les troubles liés à la ménopause, faites confiance aux phyto-œstrogènes.

    Avis des lecteurs :

    Ils constituent une excellente alternative aux œstrogènes de synthèse, sans leur chapelet d’effets secondaires. Ils tempèrent les bouffées de chaleur, protègent des maladies cardiovasculaires et diminuent le risque d’ostéoporose responsable de fractures ou de tassements vertébraux.

    Certains aliments contiennent des hormones dont la structure chimique est proche de celle des hormones féminines ou œstrogènes. Ces hormones sont dites œstrogène-like (lorsqu’elles sont issues de végétaux, on les appelle phyto-œstrogènes) car elles miment l’action des œstrogènes humains.

    Les phyto-œstrogènes présentent des structures proches de celles des œstrogènes de synthèse que sont l’estradiol, le diéthylstilbestrol et le tamoxifène, utilisés dans les traitements substitutifs de la ménopause. Si l’activité des phyto-hormones est moins ciblée que celle des molécules de synthèse, elle n’expose pas les femmes à leurs effets secondaires.

    Plusieurs études ont démontré que les phyto-œstrogènes diminuent le risque de certains cancers hormono-dépendants.

    Adieu prise de poids et rétention d’eau

    À l’inverse des œstrogènes de synthèse, les phyto-œstrogènes n’entraînent pas de prise de poids ni de rétention hydrique. Ils aident à résoudre et à réduire de façon significative les problèmes rencontrés lors de la ménopause tels les bouffées de chaleur, la sécheresse vaginale, la perte de libido, le vieillissement cutané… mais aussi l’irritabilité, la nervosité, la tendance dépressive, le sommeil perturbé.

     Il existe quatre familles de phyto-œstrogènes

    Les plus efficaces sont les lignanes largement présentes dans les graines de lin (l’huile de graine de lin, toutefois, en contient très peu ou pas), les céréales et le tournesol, mais aussi dans la canneberge, le thé (vert ou noir), le riz, de nombreux fruits (cerise, pomme, poire, pamplemousse), les bulbes (ail, oignon), les huiles végétales (olive, tournesol) et dans certaines boissons alcoolisées (bière, whisky).

    Talonnant les lignanes, les isoflavones que l’on retrouve dans les dérivés du soja, les légumineuses, les agrumes, les oignons, les pommes, les raisins, le vin rouge, la bière, l’huile d’olive, le thé, le trèfle. En ce qui concerne le soja, sachez que pour 100 g, les graines crues en contiennent 151,17 mg, le miso déshydraté 60,39 mg, le tempeh 43,52 mg, le tofu 22,70 mg, le lait de soja 9,65 mg et la sauce de soja seulement 1,64 mg.

    Autres phyto-œstrogènes, les coumestanes, dont le principal composant, le coumestrol, se retrouve abondamment dans les pousses de soja, les graines germées, les choux de Bruxelles, le trèfle, la luzerne…

    Et la quercitine, un phyto-œstrogène très répandu dans les fruits et les légumes.

    Équilibrer la flore intestinale

    Mais pour que ces phyto-œstrogènes puissent agir de manière efficace, il est indispensable que la flore intestinale soit de qualité. À cet effet, les probiotiques sont vos meilleurs amis. Tous les produits laitiers fermentés renferment des bactéries lactiques, de même que la levure de bière vivante, le miso, le tempeh et les légumes lacto-fermentés, comme la choucroute, en sont largement pourvus.

    Bon à savoir

    • Du soja pour les bouffées de chaleur La prise d’extraits de soja à la dose de 70 mg par jour d’isoflavones réduit en moyenne de 45 % les bouffées de chaleur et cela après seulement six semaines de traitement.

    • Du yam pour éviter la prise de poids Grâce à une forte concentration en diosgénine, les extraits de yam stimulent la synthèse hormonale de DHEA (prévention du vieillissement cellulaire) et de progestérone (qui prévient notamment la prise de poids et les œdèmes). Sachez aussi que le céleri est l’un des rares aliments à calories négatives : sa digestion consomme plus de calories qu’il n’en apporte.

    • Des fruits et des légumes contre l’acidose Les fruits et les légumes ont une réelle action œstrogénique au moment de la ménopause. Ils apportent en quantité des sels organiques de potassium dont l’effet alcalinisant s’oppose à l’acidose latente qui résulte d’une alimentation abusivement carnivore et est responsable pour partie de la perte osseuse.

    • De la maca pour la libido La ménopause n’entraîne pas toujours une perte du désir. Certaines femmes ont au contraire un regain d’envie sexuelle. Cependant, chez celles qui enregistrent des troubles fonctionnels, vient souvent s’ajouter une baisse de la libido. Une complémentation à base d’extraits de maca, dont les alcaloïdes régulent la sécrétion des hormones LH et FSH par l’hypophyse, vous permettra de passer le cap, sans renoncer aux plaisirs charnels.

    Huiles essentielles

    À la ménopause, on peut voir apparaître des taches brunes disgracieuses sur les mains. Demandez à votre herboriste la préparation suivante :

    • huiles essentielles de persil, céleri, carotte, basilic (2 gouttes de chaque) dans un mélange à parts égales d’huiles végétales de lys et de rose musquée (10 ml).

    • Appliquez matin et soir dès l’apparition des tâches brunes jusqu’à ce qu’elles s’estompent.

    Huile de périlla

    Extraite de la graine de zisuzi, l’huile de périlla est dotée de formidables vertus antioxydantes et anti-inflammatoires. C’est l’huile végétale la plus riche qui soit en oméga 3 (+ de 65 %), précurseur de l’EPA et de la DHA, indispensables au bon fonctionnement du cerveau (mémoire) et protecteurs cardiovasculaires.

    Nectar de céleri

    Le céleri est réputé aphrodisiaque. Si votre libido est en berne, passez au mixeur deux belles têtes de céleri, filtrez le jus, ajoutez deux cuillères à soupe de sucre complet, versez dans un litre de vin blanc et laissez macérer 2 jours. Filtrez et buvez avec modération. Mise en garde : le céleri est photo sensibilisant. Ne vous exposez pas au soleil après en avoir consommé.

    Source : Quelle Santé

     

    Lu 2993 fois

    Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

    0 commentaire

    Commentaires

    Loading Facebook Comments ...

    Répondre

    Vous devez être connecté pour poster un commentaire.