• et Si On s’abonnait ?

  • Pourquoi le Français fut-il adopté comme langue diplomatique dans toute l’Europe ?

    photo-pourquoi-le-francais-fut-il-adopte-comme-langue-diplomatique-dans-toute-l-europe

    Nous entendons souvent que le Français n’est parlé qu’en France. Alors à quoi bon l’apprendre !

    Avis des lecteurs :

    Une entrevue entre le tsar de Russie et l’empereur allemand en juin 1892 au cours de laquelle le toast fut porté en français au grand dam de la presse allemande, fut l’occasion pour Jean Frollo, chroniqueur du Petit Parisien, de rappeler que le français était alors la langue officielle de toutes les cours d’Europe, et ce depuis le début du XVIIe siècle, lorsqu’il se substitua au latin

    Le français est la langue internationale des chancelleries européennes, précise Frollo. Tous les instruments diplomatiques, tous les traités sont écrits en français.

    Pendant tout le dix-huitième siècle, on ne parlait que le français dans toutes les cours de l’Europe, excepté peut-être à Madrid. Aucun homme d’Etat n’aurait voulu passer pour ignorer la langue de Corneille et de Bossuet. L’orgueilleux particularisme de l’aristocratie anglaise elle-même fléchissait devant cette règle. C’était le privilège indiscuté de nos ambassadeurs de ne traiter qu’en français avec les souverains auprès desquels ils étaient accrédités, et il était inouï qu’un ambassadeur étranger à Paris s’exprimât en une autre langue.

    Le français était alors, comme il est encore, l’instrument de précision par excellence de la pensée humaine, explique le journaliste. Il doit au merveilleux épanouissement de sa littérature dans tous les genres son incomparable distinction, sa lumineuse clarté et la richesse inépuisable de son vocabulaire.

    En ce temps-là, on disait que l’espagnol était la langue des dieux, l’italien la langue des femmes, le français la langue des rois, l’anglais la langue des chevaux et l’allemand la langue des fauves. Il y a toujours quelque chose d’excessif dans les à peu près métaphoriques et ce n’est certainement ni un Anglais ni un Allemand qui avait formulé de la sorte les différences caractéristiques de nos idiomes modernes. On a voulu dire, je suppose, poursuit Frollo, que les voyelles sonores et solennelles sont la dominante de l’espagnol, que les voyelles fermées, les i et les e, de l’italien sonnent délicieusement dans la bouche des femmes, que l’anglais abuse des consonnes, que l’allemand n’a que des articulations sifflantes et gutturales où les voyelles se fondent et s’évaporent et enfin qu’il y a un juste équilibre des voyelles et des consonnes dans le français.

    Le traité de Versailles (1919) marqua la cessation du privilège du français comme langue diplomatique: il fut rédigé à la fois en anglais et en français.

    Au lendemain même de la Seconde Guerre mondiale, naissait l’Organisation des Nations unies.
    L’Assemblée Générale, lors de sa première session, le 1er février 1946, adopta la résolution no 2 portant approbation du Règlement concernant les langues. Celui-ci précise, dans son article 1er :
    « Dans tous les organismes des Nations unies autres que la Cour internationale de Justice, le chinois, l’anglais, le français, le russe et l’espagnol sont les langues officielles. L’anglais et le français sont les langues de travail ».

    Comme elle est belle notre langue…. Chers écoliers, à vos cahiers !

    Lu 1025 fois

    Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

    0 commentaire

    Commentaires

    Loading Facebook Comments ...

    Répondre

    Vous devez être connecté pour poster un commentaire.