• et Si On s’abonnait ?

  • Produits du terroir : gare aux appellations attrape-touristes

    Produits du terroir Gare aux appellations attrape-touristes

    Avec les beaux jours, les salons et marchés du « terroir » fleurissent un peu partout en France.

    Avis des lecteurs :

    Pendant les vacances, ne vous laissez pas avoir par des appellations frauduleuses et attrape-touristes, à commencer par celle… du saucisson d’âne.

    Le saucisson d’âne, présenté comme une spécialité corse sur nombres de salons gastronomiques et par des vendeurs de charcuterie corse peu scrupuleux, n’en a jamais été une. Nos amis corses le crient haut et fort.

    Malheureusement la demande en période estivale étant en forte hausse, certains s’en servent comme produits d’appels pour attirer le touriste. La réalité est que le saucisson d’âne n’est pas une spécialité corse, c’est une immense supercherie que de faire croire cela au consommateur. Cette charcuterie n’a rien d’identitaire.

    Elle est même importée toute faite de Sardaigne. Il faut savoir que le saucisson corse est traditionnellement confectionné avec de la viande de porc et pour être précis de la variété dite « cochon sauvage ».

    En extrapolant un peu, on pourrait dire que l’âne est à la Corse ce que la vache est à l’inde. En effet l’âne a toujours été en Corse l’ami du labeur, même après la mécanisation des années 1930. La viande de cet animal n’a jamais été consommée, même en période de la guerre quand la nourriture venait à manquer. Les ânes ont donc une vraie place dans l’identité corse, mais pas au sein de leur gastronomie. Les saucissons d’âne ont été importés de Sardaigne où est née la « légende ».

    Un mythe qui dure

    Ce saucisson d’âne est pourtant vendu en supermarchés et épiceries de l’île de beauté comme un produit corse. Les industriels produisent ce saucisson, à base de viande de porc mélangée à de la viande d’âne généralement d’Amérique-du-Sud. Il est donc dans leur intérêt d’entretenir le mythe.

    AOC contre IGP (indication géographique protégée)

    Bien que la Corse vienne de gagner un combat avec l’obtention d’un AOC (qui devrait être mise en place en 2014) pour certaine charcuterie, cela n’empêchera pas des industriels d’obtenir une IGP qui leur permettra de ne pas faire de la « vraie » charcuterie corse.

    En effet, la réglementation sur l’IGP, prévoit que la matière première peut venir de n’importe quelle région ou pays. Cela empêchera toutefois que la charcuterie dite corse soit fabriquée sur le continent. Une maigre consolation pour les fabricants et défenseurs de la vraie charcuterie corse et un nouveau casse-tête pour les consommateurs car des demandes pour l’IGP ont déjà été réservé pour l’AOC…

    A bon entendeur… La charcuterie corse a une vraie identité, mais sachez-le, le saucisson d’âne N’EST PAS UNE SPECIALITE CORSE. Plutôt que de vous laissez tenter par un saucisson attrape-touriste, optez plutôt pour la coppa corse, le lonzu, le prisuttu et méfiez-vous des vendeurs de spécialités corse qui ont ce saucisson d’âne en spécialité corse….

    Sources : Corse matin et socopag

    Lu 382 fois

    Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

    0 commentaire

    Commentaires

    Loading Facebook Comments ...

    Répondre

    Vous devez être connecté pour poster un commentaire.