• et Si On s’abonnait ?

  • Un poulailler dans la ville

    Poulailler

    Vous avez dit design ? Bienvenue à Neuville-sur Oise. Le premier Cocottarium de France y a pris ses quartiers. Un projet innovant et dans l’air du temps que sa créatrice, Aurélie Deroo, voudrait faire partager largement.

    Avis des lecteurs :

     

    Qu’est-ce qui fait courir Aurélie Deroo, entrepreneure et ancienne architecte d’intérieur ? Sans aucun doute sa passion pour le design associée à un amour profond pour la nature. Son projet d’activité, le Cocottarium – dont le prototype se dresse fièrement devant le château de Neuville – est plein de promesses.

     

    Un système collectif vertueux

    Au-delà de la forme architecturale de ce drôle de poulailler – n’y voyez pas qu’une immense volière sur plusieurs niveaux où s’ébattent joyeusement des poules sauvées des batteries – le concept séduit par ses finalités. Ecologique, puisqu’il fonctionne grâce au recyclage ; pédagogique car il associe les écoles au projet et solidaire pour la formation de personnes en insertion. Concrètement, les déchets organiques des habitants nourrissent les poules dont les œufs peuvent être réservés auprès des commerçants locaux. Les excréments servent d’engrais aux agriculteurs. « En échange, ces derniers paniers de légumes avec lesquels on va rémunérer les personnes en insertion qui entretiennent le Cocottarium », confie Aurélie Deroo. Un projet pensé en économie circulaire et totalement local.

     

    Entre ville et nature

    8 mois après son installation, le Cocottarium a ses aficionados. A commencer par les résidents de la maison de retraite et les familles qui viennent s’y promener, écouter, observer, partager. Les « Monique », comme elle les appelle affectueusement, ont conquis le cœur des Neuvillois. « L’objectif, à terme, est de créer un réseau de poulaillers (associant les villes, les promoteurs, les bailleurs sociaux et les acteurs du recyclage) sur l’ensemble du territoire français, dans le même esprit que le réseau des AMAP(s), et d’encourager les citadins à devenir acteur du recyclage urbain. » Au-delà de l’enjeu environnemental, il s’agit aussi pour les habitants des villes de se reconnecter avec la nature. Alors, pourquoi pas avec des cocottes urbaines, épanouies et pleines de vie ?

     

    Source : Le magazine du Conseil départemental – Val d’Oise

    Lu 2 fois

    Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

    0 commentaire

    Commentaires

    Loading Facebook Comments ...

    Répondre

    Vous devez être connecté pour poster un commentaire.